lundi 1 décembre 2008

Comment survivre aux cliniques sans rendez-vous

Oui, je vous l'accorde, c'est difficile. Mais avec mon expérience médicale des derniers mois, j'ai développé une expertise en la matière.

Maintenant habituée de rencontrer mon orthopédiste de deux à quatre heures après l'heure convenue, je suis très zen à l'idée d'aller attendre pour rencontrer un médecin sans rendez-vous. Il ne suffit que du petit coup de pied au derrière pour me convaincre de me déplacer.

Ma journée s'est ouverte avec ce coup de pied, quand j'ai appelé Info-Santé pour demander si je devais consulter. L'infirmière m'a convaincue à coups de "Mon doux!", "Mais m'as-tu entendu cette toux-là?" et de "Toi chère, t'es vraiment dure avec toi-même, hein?". Direction : clinique médicale.

Donc, j'arrive dans une première clinique avec mon attitude de la mort. Ils ne prennent plus de patients pour la journée. Bon. Mais je suis blindée : rien ne peut me décourager.

Je me dirige donc vers une deuxième clinique. La salle d'attente est remplie. Je vais me chercher un café infect dans la machine et je m'installe, Les chroniques d'une Mère Indigne en main.

(Note aux étudiants : Lorsqu'on prévoit un après-midi d'attente à la clinique, on pourrait être tenté de saisir l'occasion pour s'avancer dans les travaux et les lectures. Je sais d'expérience que le temps sera beaucoup plus agréable si l'occupation l'est aussi. Prenez-en bonne note.)

Après 1h45, on m'appelle. J'ai envie de me réjouir, mais non, non, non, je ne suis pas dupe. Je sais qu'on peut m'appeler pour me faire attendre encore près d'une heure dans une salle (j'ai déjà vécu cette expérience : en jaquette d'hôpital, les fesses à l'air sur une chaise de cuirette... très agréable!).

Eh bien, 15 minutes plus tard, j'étais dehors, prescription en main. Et bonus : j'ai eu droit à un médecin sympathique, qui n'avait pas l'air de s'en foutre complètement!

Tout ça pour dire que le truc, c'est de n'avoir aucune espérance à la base, autre que celle de rencontrer un médecin avant la fin de la journée. Et ça prend un bon livre, aussi.

Je suis rentrée à la maison, armée de ma canne pimpée et de mon sac Jean-Coutu plein de médicaments, telle une petite bonne femme du bel âge. Je songe sérieusement à l'achat d'un béret lilas...

1 commentaire:

Véronika a dit…

oh my god tes tellement chanceuse! moi jarrive justement de la clinique sans rendez vous et je me suis tapé 5h30 d'attente! c'est mongol! en plus va falloir que jaille au clsc jeudi matin: des heures de plaisir la vessie pleine qui m'attendes! lol moi qui adore les prise de sang en plus! :S